Les banques traditionnelles face aux néobanques

Les banques traditionnelles face aux néobanques et à la DeFi. Elles doivent se réinventer pour faire face aux innovations et garder leur clientèle.

Entre mastodontes établis et innovations. Où se situe l'avenir du banking ?

banques traditionnelles face aux néobanques

Les banques traditionnelles face aux néobanques

Les banques traditionnelles face aux néobanques d'un côté et à la DeFi de l'autre.

Les États ont bien compris que leur monopole financier était menacé. Les banques traditionnelles ont compris qu’il fallait se remettre sérieusement en question. Tout du moins pour espérer perdurer dans l’environnement qui se dessine peu à peu. Et à mesure que ces nouvelles technologies envahissent le quotidien.

banques traditionnelles face aux néobanques 1

Une difficile remise en question

La prise de conscience est là. Mais l’inertie de ces mastodontes financiers leur impose

  • à la fois une certaine lenteur pour s’adapter
  • et la prudence de mise pour ne pas détériorer leurs résultats et leurs perspectives.

Même avec la meilleure volonté du monde, on ne fait pas danser un éléphant comme une ballerine.

Il faut comprendre que les banques traditionnelles partent de loin

De récents sondages montrent que ces établissements ont trop longtemps cru que leur position était fermement acquise. Et se sont donc un peu trop comportés comme en terrain définitivement conquis.

Le client, qui aurait dû être au centre de leur préoccupation, n’est bien souvent qu’un rouage de leur mécanique complexe. Celle-ci devant aussi tenir compte d’un nombre croissant et souvent affolant de contraintes légales, étatiques, fiscales, comptables ou informatiques.

Selon un rapport de GP Bullhound paru fin 2019

91% de clients préfèrent utiliser une application bancaire plutôt que se rendre dans une agence physique. Ce qui explique sans mal la fermeture de plus en plus rapide des agences de toutes les banques traditionnelles.

En dix ans, les banques françaises ont fermé 5 % de leurs agences, environ 2.000 points de vente, et le rythme s’accélère. Ainsi, les professionnels du secteur envisagent de fermer de 20 à 30% des agences existantes.

En 30 ans, les Britanniques ont quant à eux perdu les deux tiers de leurs succursales bancaires, passant de près de 21 000 en 1988 à seulement 7000 à la fin de l’année 2018.

Vous pourriez aussi être intéressé par : 

Au final, l’opinion que les clients ont de leur banque n’est guère bonne

Même si, d’une année à l’autre, les clients ont l’impression que des efforts ont été faits par les banques traditionnelles pour mieux répondre à leurs demandes. L’opinion moyenne n’est guère favorable aux banques en générale, et aux banques traditionnelles en particulier.

De façon assez claire

Tout indique que les banques traditionnelles s’adressent majoritairement encore maintenant plutôt à des générations installées. C'est-à-dire au-delà des trentenaires, dans une population vieillissante.

Et qui n’ont pas toujours ni le temps, ni l’envie ni les moyens d’utiliser les nouvelles technologies, les smartphones et les nouvelles approches dématérialisées pour leurs transactions bancaires du quotidien.

En France, s’ajoute aussi l’aspect bureaucratique des grandes banques nationales. Leur taille, leur âge souvent vénérable, l’importance acquise sur les marchés nationaux et internationaux qui les placent souvent comme banques systémiques.

Tous ces aspects imposent d’un côté la prudence de leur direction dans les évolutions

Et de l’autre une forte inertie et une forte réticence au changements internes, de mentalité et de procédures. D’un certain point de vue, ces banques nationales se sont “fonctionnarisées”. Et manquent de la souplesse réglementaire (et intellectuelle) pour s’attaquer ainsi à ces nouveaux marchés.

C’est d’ailleurs assez frappant de voir que la France est l’un des pays où se développent le plus les néobanques et la finance décentralisée.

Tezos, par exemple, est basée en France et son fondateur est français. De nombreuses initiatives de la DeFi se développent dans l’Hexagone.

Et d’un autre côté

De voir une absence assez claire de changements profonds dans les mentalités des banques traditionnelles et de la part du gouvernement français. Dont le credo semble se résumer à trouver toutes les façons possibles de limiter les innovations qui pourraient amoindrir l’étau fiscal de l’État.

Par opposition

On devra constater que certaines banques et acteurs majeurs de la finance ont, eux, bien compris qu’il ne fallait pas rater ces nouveaux trains :

  • JP Morgan s’est ainsi lancé en Grande-Bretagne dans les néobanques en créant sa propre version, “Chase”.
  • Goldman Sachs a, quant à elle, lancé Marcus, une banque de dépôt 100% en ligne, qui rencontre un grand succès aux États–Unis et à présent en Angleterre.

En définitive, toutes ont cependant compris que la donne était en train de changer de façon rapide. Et toutes devront faire les efforts nécessaires pour s’adapter et proposer des offres solides… Ou disparaître.

Les banques traditionnelles face aux néobanques, je me réjouis de voir ce que l'avenir nous réserve.

 

Source : H16

13 avril 2021
par :
Derniers articles
3 moyens simples
3 moyens simples de gagner gratuitement des Bitcoins
3 habitudes
3 habitudes pour l'indépendance financière
rester sur la touche
Rester sur la touche est confortable, mais pas rentable
courbe de peur
Sept étapes pour vaincre la courbe de peur du marché
idées inconfortables teeka tiwari
Comment s'entraîner à investir dans des idées inconfortables ?
1 2 3 22
Top Crypto
5 pépites crypto
Découvrez les 5 cryptos à avoir en 2021
Télécharger le guide
Restez informé !
Suivez l'actualité de la cryptomonnaie et de la bourse
Bientôt une newsletter destinée aux amateurs de la cryptomonnaie
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x