Nickel, N26 et autres néobanques

Nickel, N26 et autres néobanques. Petit tour d'horizon des principaux acteurs de cet espace bancaire totalement dématérialisé.

Nickel, N26 et autres néobanques. Qui sont les leaders actuels de cette nouvelle forme d’établissements financiers et quels sont les produits qu'ils proposent ?

Nickel, N26 et autres néobanques

Nickel, N26 et autres néobanques

J'ai déjà eu l'occasion, dans un précédent article, de vous parler des néobanques et de la DeFi (Finance Décentralisée).

Ces instituts bancaires complétement en ligne. Et non relié à une banque traditionnelle.

Le monde des néobanques est actuellement essentiellement située en Europe.

Faisons un tour d'horizon de ces différents acteurs.

Nickel, N26 et autres néobanques 2

Les leaders

Le monde des néobanques se résume essentiellement à l’Europe. Et c’est donc sur le vieux continent que se développent les leaders actuels de cette nouvelle forme d’établissements financiers.

Trois leaders se dégagent assez nettement en France :

  • Nickel avec 1.900.000 clients
  • N26 qui en compte plus d’un million
  • et Revolut qui compte près de 600.000.

Nickel

Créé en 2012, cet établissement propose un compte sans établissement bancaire adossé.

Ciblant directement les comptes particuliers avec de petits montants. Il permet de “bancariser” tout un segment de marché jusqu’à présent mal couvert par les banques traditionnelles.

Nickel s’adresse ainsi à toute une frange de la population d’abord intéressée par disposer

  • d’un moyen simple de gestion bancaire
  • d’un pur compte courant de dépôt
  • ou d’une méthode pour autoriser les achats en ligne même pour les personnes frappées d’interdit bancaire.

Les frais sur les opérations sont minimes et totalisent 20€ par an pour disposer de la carte Nickel (et 50 pour la carte Chrome).

N26

Cette néobanque allemande apparaît en 2013. Elle est l’une des pionnières les plus complètes dans son secteur : comptant 7 millions de clients dans le monde (et plus d’un million en France).

Elle propose des comptes sans frais sans conditions de revenu aux particuliers (y compris interdits bancaires), aux associations et aux ONG et s’associe avec Mastercard pour offrir une carte de débit simple.

Revolut

De son côté, la néobanque Revolut, créée en 2014 à Londres, est considérée comme l’une des plus belles réussites du secteur bancaire numérique. Elle se développe aussi bien en Europe qu’en Asie et aux Amériques et compte maintenant plus de douze millions de clients dans le monde.

Revolut s’est d’abord fait connaître pour offrir un compte bancaire avec une facilité de change sur plus de trente devises à des tarifs très attractifs.

Depuis, elle n’a cessé d’accroître ses services avec notamment des passerelles vers les cryptomonnaies et la bourse. Comme les deux précédentes néobanques, le compte de base y est gratuit.

Le Brexit aura obligé la banque a modifier sa base opérationnelle

Pour tenir compte de son centre de gravité plus européen que britannique ; elle a conservé un établissement bancaire londonien pour les sujets de sa majesté avec un IBAN britannique.

Elle dispose maintenant d’un établissement principal en Lituanie ainsi que de succursales dans différents autres pays notamment en France. Ce qui lui permet d’offrir des comptes bancaires dont l’IBAN est français. Cette spécificité permet aux clients de disposer de comptes hébergés en France ou, au choix, en Lituanie.

Vous pourriez aussi être intéressé par : 

Les challengers

Avec un marché en pleine croissance, une clientèle de plus en plus réceptive aux offres dématérialisées et une conjoncture favorable où le contact humain est rendu problématique, il n’est guère étonnant de voir fleurir les offres.

Les nouveaux arrivants se bousculent et quelques challengers sérieux aux néobanques installées depuis quelques années se dégagent à présent.

De nouvelles startups de la Fintech se lancent ainsi tous les mois et apportent différentes options

Citons par exemple Sapheer, positionné en concurrence à Qonto et Shine, eux aussi spécialisés dans les comptes bancaires dématérialisés destinés aux professionnels. Avec notamment un volet permettant la gestion du dépôt en capital des sociétés commerciales.

D’autres startups offrent quant à elles d’orienter les dépôts et les opérations bancaires vers des industries et des tendances à la mode. Typiquement, Greengot ou Helios proposent d’orienter l’épargne de leurs déposants vers les projets en rapport avec la transition écologique.

D’autres enfin, comme Zen, mettent en place différents mécanismes

Ils permettent par exemple une assurance sur les achats effectués via leurs services ou un système de "cashback" sur certains achats, permettant un remboursement grâce à des partenariats d’un certain pourcentage de la dépense.

Des atypiques

Dans ce bouillonnement de nouvelles firmes, signalons deux cas atypiques que sont Veracash et Bitwala.

Veracash

C’est une néobanque qui propose quasiment les mêmes services qu’une des néobanques précédentes. La différence majeure est que son produit de base est l’or (puis l’argent et les diamants). Cette start-up propose aux clients un moyen de gérer leurs finances en dehors du système bancaire via la VeraCarte.

En substance, chaque dépôt du client sur son compte est transformé en une quantité d’or, d’argent ou de diamants en fonction des spécifications du client et du compte qu’il possède, au cours “spot” des matières précieuses considérées. La carte émise, adossée à Mastercard, permet d’effectuer des achats avec une conversion inverse vers la devise d’usage.

Bitwala

De son côté, Bitwala est au départ un établissement allemand créé en 2015 qui permet à ses utilisateurs d’investir directement dans les cryptomonnaies depuis leur compte bancaire. Cette néobanque propose à ses clients un compte bancaire classique assorti d’une carte bancaire Visa. Ainsi qu’un portefeuille cryptos en Bitcoins et Ether, qui permettent de réaliser aussi des transactions entre leur devise habituelle (en euros) et les cryptos, ainsi qu’entre cryptos elles-mêmes.

Ce positionnement et la montée progressive des valorisations des cryptomonnaies amène d’ailleurs Bitwala à des encours plaçant cette startup comme troisième néobanque en Allemagne après Revolut et N26.

Et encore des GAFAM

Toutes ces néobanques utilisent - quasiment par définition - massivement les nouvelles technologies et doivent inévitablement fonctionner sur des téléphones mobiles fonctionnant sur iOS ou Android.

Il n’est donc pas étonnant que cette dématérialisation bancaire implique donc Google et Apple. Les acteurs habituels de ces technologies qui, chacun, proposent leur propre passerelle (Google-Pay pour le premier, ApplePay pour le second).

En intégrant l’une de ces deux solutions dans leurs offres, les néobanques peuvent ainsi permettre à leurs clients utilisateurs de ces mobiles de payer directement dans les magasins applicatifs offerts en standard. L’achat immédiat au travers des applications dédiées est rendu nettement plus simple et plus rapide.

Derrière ces mécanismes

Se trouve la volonté clairement affichée de ces colosses numériques d’être présents dans ces mécanismes.

Se profile aussi bien évidemment une volonté toute aussi claire de fonder leurs propres banques. Ainsi que de proposer leurs propres services bancaires.

Pistés dans absolument toutes leurs interactions, les utilisateurs-clients constitueraient dans ce schéma des sujets d’expériences et d’analyse particulièrement intéressants puisqu’aucun intermédiaire n’existerait plus entre les collecteurs de données et ceux qui les analysent.

8 avril 2021
par :
Derniers articles
3 moyens simples
3 moyens simples de gagner gratuitement des Bitcoins
3 habitudes
3 habitudes pour l'indépendance financière
rester sur la touche
Rester sur la touche est confortable, mais pas rentable
courbe de peur
Sept étapes pour vaincre la courbe de peur du marché
idées inconfortables teeka tiwari
Comment s'entraîner à investir dans des idées inconfortables ?
1 2 3 22
Top Crypto
5 pépites crypto
Découvrez les 5 cryptos à avoir en 2021
Télécharger le guide
Restez informé !
Suivez l'actualité de la cryptomonnaie et de la bourse
Bientôt une newsletter destinée aux amateurs de la cryptomonnaie
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x